frame

Un gouvernement en pleine contradiction dans sa politique en faveur du handicap

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

Un gouvernement en pleine contradiction dans sa politique en faveur du handicap

Nous faisons face à un flagrant délit de contradiction dans la politique menée par le gouvernement. D’un côté, il communique tambour battant sur sa politique en faveur du handicap, mais d’un autre, il adopte des mesures pénalisantes.

A l’occasion de l’examen du projet de loi de finances pour 2018, le gouvernement réduit en catimini et sans concertation le financement public accordé aux entreprises adaptées.

Celles-ci emploient au moins 80 % de personnes présentant toute forme de handicap. Elles ont un véritable rôle social en permettant aux travailleurs handicapés de travailler en milieu ordinaire. Avec l’école, l’entreprise est à la base d’une société pleinement inclusive.

Pour leur bon fonctionnement, elles perçoivent des aides compensatoires, notamment une aide au poste (égal à 80 % du Smic brut) pour répondre au différentiel de productivité de leurs salariés, ainsi qu’une subvention spécifique pour favoriser la formation professionnelle.

Le gouvernement annonce vouloir subventionner 1 000 emplois supplémentaires en finançant davantage l’aide au poste. Or, si les crédits alloués à cette aide augmentent bien dans le PLF 2018, les comptes n’y sont pas : il manque 8 millions d’euros pour financer la totalité de ces 1 000 aides supplémentaires. Et le gouvernement ne s’arrête pas là car le budget 2018 prévoit aussi une diminution du montant de la subvention spécifique de 7,6 millions d’euros !

Au total, le financement public alloué aux entreprises adaptées est dans une impasse budgétaire de 16 millions d’euros.

Face à cette situation critique pour les centaines d’entreprises adaptées et leurs 26 000 salariés en situation de handicap, j’ai déposé deux amendements afin que les crédits soient rétablis conformément aux engagements pris. Ces amendements ont été rejetés par la majorité, la ministre du Travail persistant à annoncer « 1 000 aides au poste supplémentaires ». Certes, mais toujours pas financés !

En réduisant de manière brutale la compensation nécessaire à toute inclusion de qualité dans le monde du travail, le gouvernement refuse de prendre en compte la singularité du handicap.

Cette politique est totalement incohérente alors même que le chômage des personnes en situation de handicap atteint 18 %, quasiment le double de la moyenne nationale.

Eric WOERTH, Président de la commission des Finances

Damien ABAD, Député de l’Ain

Gérard CHERPION, Député des Vosges, Orateur du Groupe LR sur la mission « Travail emploi »

Gilles LURTON, Député d’Ille et Vilaine, Orateur du Groupe LR sur la mission « Solidarité »

Stéphane VIRY, Député des Vosges, Rapporteur pour avis sur la mission « Handicap »