1ère Universités d’été Oser la France à La Fruitière Numérique de Lourmarin

1ère Universités d’été Oser la France à La Fruitière Numérique de Lourmarin

Retrouvez quelques photos des premières universités d’été d’Oser la Franceà La Fruitière Numérique de #Lourmarin.

Une journée riche en échanges et débats entre les participants et les intervenants de talents.

Un véritable succès de mobilisation pour la journée de réflexion autour de Julien Aubert pour (re)penser le rôle de l’État (dans tous ses états) en France !


Retrouvez mon discours de clôture aux premières #Universités d’été à Lourmarin.

Nous avons souhaité la création d’ Oser la France parce que nous croyons dans la grisaille ambiante qu’il était grand temps de rallumer la flamme d’un courant de pensée #patriote, #républicain, #social et #humaniste. Charles de Gaulle avait dit en parlant de ses écrits « Maintenant, c’est la grisaille, mais la France ne peut pas s’en contenter indéfiniment. Un jour, peut-être, il y aura de nouveau un élan national. Je voudrais qu’il prenne appui sur ce que j’ai tenté » « il est possible après tout, qu’un jour, plus tard, quelqu’un y trouve quelque chose qui l’aide à mieux servir la France ».

il faut défendre « le triangle concret » #Nation#Etat#République.

Ceux qui croient en la primauté des idées – à une spiritualité citoyenne, mais pas à un obscur mysticisme – sur l’intérêt marchand, ceux-là, qui aspirent à faire triompher nos grands principes civilisationnels, doivent exactement aller à l’inverse de la direction qu’indiquent simultanément le mondialisme progressiste de Macron et le nationalisme étroit de Le Pen.

Etre transgressif en voulant faire imploser les Etats, les Nations, les règles sociales qui ont fondé la civilisation européenne, est tout sauf courageux en plus d’être dangereux: c’est aller dans le sens du vent, c’est s’assurer un destin de feuilles mortes.

Au contraire, la vraie transgression, en 2018, c’est d’affirmer que la geste de notre pays s’inscrit dans un temps long.

Que la France a une Histoire, un passé, des traditions.

Qu’elle a aussi un avenir.

Que l’Etat a encore un rôle à jouer.

Que le peuple Français a encore un destin.

Plus que jamais, il faut Oser la France. Debout, car c’est debout qu’on écrit l’Histoire.

https://www.facebook.com/pg/OserLaFrance.OLF/photos/?tab=album&album_id=2219061691641176

Discours de clôture aux 1ère Universités d'été à Lourmarin.

Retrouvez mon discours de clôture aux premières #Universités d'été à Lourmarin. Nous avons souhaité la création d’ Oser la France parce que nous croyons dans la grisaille ambiante qu’il était grand temps de rallumer la flamme d’un courant de pensée #patriote, #républicain, #social et #humaniste. Charles de Gaulle avait dit en parlant de ses écrits « Maintenant, c’est la grisaille, mais la France ne peut pas s’en contenter indéfiniment. Un jour, peut-être, il y aura de nouveau un élan national. Je voudrais qu’il prenne appui sur ce que j’ai tenté » « il est possible après tout, qu’un jour, plus tard, quelqu’un y trouve quelque chose qui l’aide à mieux servir la France ». il faut défendre « le triangle concret » #Nation – #Etat – #République. Ceux qui croient en la primauté des idées – à une spiritualité citoyenne, mais pas à un obscur mysticisme – sur l’intérêt marchand, ceux-là, qui aspirent à faire triompher nos grands principes civilisationnels, doivent exactement aller à l’inverse de la direction qu’indiquent simultanément le mondialisme progressiste de Macron et le nationalisme étroit de Le Pen. Etre transgressif en voulant faire imploser les Etats, les Nations, les règles sociales qui ont fondé la civilisation européenne, est tout sauf courageux en plus d’être dangereux: c’est aller dans le sens du vent, c’est s’assurer un destin de feuilles mortes. Au contraire, la vraie transgression, en 2018, c’est d’affirmer que la geste de notre pays s’inscrit dans un temps long.Que la France a une Histoire, un passé, des traditions. Qu’elle a aussi un avenir. Que l’Etat a encore un rôle à jouer. Que le peuple Français a encore un destin. Plus que jamais, il faut Oser la France. Debout, car c’est debout qu’on écrit l’Histoire.

Publiée par Julien Aubert sur Jeudi 13 septembre 2018