Droit de réponse à Valeurs Actuelles

Droit de réponse à Valeurs Actuelles

Le Calimero de Carpentras

« C’est trop injuste ! »

Dans votre édition du 15 au 21 mai, Hervé de Lépinau, candidat du FN à Carpentras, déplore le maintien de ma liste au second tour des élections municipales, et une stratégie destructrice et tournée contre lui qui a permis de faire réélire le maire socialiste. Je tiens à contester formellement les assertions du candidat FN :

– M. de Lépinau est un illustre inconnu, opportuniste, qui a navigué de parti en parti, obsédé par la conquête du pouvoir, et qui a fini par se présenter sous l’étiquette RBM/FN car cela lui permettait de multiplier par 7 son score aux élections (Il faisait 5% au précédent scrutin). Contrairement à ce qui est affirmé dans l’article, Lépinau évite de dire qu’il a un temps osé se présenter comme « un candidat de Nicolas Sarkozy » ou que son propre père est militant UMP (je l’ai appris grâce à votre journal)… et pour cause, puisqu’aujourd’hui ses tracts municipaux utilisent au maximum la vieille antienne « Système UMPS ». Affirmer comme le fait l’article qu’il est peu suspect de sympathie pour le slogan « ni droite, ni gauche » est donc totalement faux.

– Je n’ai jamais affirmé qu’une feuille de cigarette distinguait mon programme de celui du FN. Sur l’Europe par exemple, le FN est anti-européen et moi euro-critique, il y a une différence de taille. En privé, Lépinau a eu des propos ultra-conservateurs qui m’ont choqué. En revanche, j’ai affirmé que Lépinau qui se dit « gaullien et de droite décomplexée » devrait plutôt adhérer – s’il est sincère – à l’UMP qu’au FN qui a toujours été le parti anti-gaulliste par excellence.

– Lors de la campagne, contrairement à la victimisation permanente entretenue par le candidat du FN, mon seul adversaire a été le maire sortant. Je n’ai fait aucun tract ni aucune sortie sur Lépinau. Il n’en a pas été de même de sa part, et c’est pour cela que je ne regrette pas une seule seconde de m’être maintenu au second tour. Il faut en finir avec cette ambiguïté propre au FN qui 99% du temps se présente comme « le parti anti UMP et anti PS » puis après nous cajole ou nous menace pour que nous nous retirions à son profit. Le FN en se maintenant en Vaucluse a permis la réélection de nombreux maires de Gauche. Les amis de mes ennemis sont mes adversaires : le FN (ou RBM, la version coca cola light du FN) est donc mon adversaire.

– Je n’ai jamais dit à M. de Lépinau entre les deux tours que « j’allais gagner ». J’ai refusé la moindre combine électorale du type « On se retire à Apt et vous vous retirez à Carpentras » car j’essaye de faire de la politique en bon gaulliste, sans revenir dans les errements de la IVème république ou dans les bidouillages politiciens. Il s’agissait au surplus de respecter la parole faite à mes électeurs (j’avais répété que je ne me retirerai pas, ni que je fusionnerai avec une quelconque liste). J’assume totalement le fait d’incarner un nouveau type d’homme politique qui préfère perdre avec son honneur que gagner en perdant son âme.

En conclusion, je voudrais rajouter un point que le candidat du FN a « oublié » : Entre les deux-tours, j’avais prévenu M. De Lépinau que l’étiquette FN/RBM faisait peur à Carpentras et qu’un sondage mené par l’UMP le donnait largement perdant à 55/45% en cas de duel. Mon maintien n’y change rien : lorsque la présence d’un candidat FN au second tour suffit à faire passer le score du PS de 37 à 46% dans une ville capable de voter il y a 6 ans à 71% à Droite, il faut comprendre que l’UMP et le FN, ce n’est pas la même chose et que même les électeurs de Droite préfèrent voter à Gauche plutôt qu’avoir Lépinau, car au-delà de sa petite personne il y a une « famille ». Ma famille politique a été fondée par de Gaulle, le FN par ceux qui le haïssaient : cela fait peut-être encore une différence pour ceux qui pensent qu’on peut apprendre encore des leçons de l’Histoire.

Julien AUBERT
Député de Vaucluse
Conseiller Municipal