Edito : Elections, piège à convictions ?

Edito : Elections, piège à convictions ?

Le 26 mai prochain auront lieu les élections permettant de déterminer les représentants de la France au Parlement européen. C’est un scrutin à un tour, à la proportionnelle, c’est à dire qu’il donne une photographie du paysage politique à un moment t.
Autant vous le dire, je n’aime pas ce mode de scrutin. La proportionnelle donne tout pouvoir aux partis politiques pour choisir vos élus. Elle encourage les marginaux et sectes de tout poil à monter une liste. Elle ne crée par de lien avec l’électeur, et donc pas de proximité.
C’est ainsi que vous trouverez parmi les 33 listes loufoques, entre anti-spécistes, amateurs de 50 nuances de jaunes et nostalgiques du communisme sépia, une liste communautaire islamique et deux listes « anti-islam ». Ces extrémistes veulent enclencher un piège de confrontation sur le sujet de l’Islam, en excitant de part et d’autre de la ligne de clivage les modérés, au risque de déchirer la société Française. Pour ma part, je maintiens que les partis islamistes, anti-religion ou haineux devraient être interdits.
Il y a un autre piège, grossier, tendu par le couple infernal du second tour des présidentielles.
Emmanuel Macron qui se rêve Président de l’Europe a envoyé une tête de liste, Nathalie Loiseau, qui semble être plus taillée pour être sa future directrice de cabinet à Bruxelles, que pour refonder l’Europe. Les deux ont cependant un point commun : ils aiment dissoudre ce qu’ils ont dirigé.
Marine Le Pen, qui déteste sa nièce, s’est trouvé un héritier spirituel, le jeune Jordan, prince charmant capable de faire oublier la Belle au bois dormant. La politique familiale au RN, c’est freudien.
Le piège est de prôner ensuite un vote utile, alors qu’il n’y a pas de gagnant dans un tel scrutin. Voter Loiseau pour battre Le Pen. Voter Bardella pour battre Macron. Révélation : vous ne battrez personne, car ni Macron, ni Le Pen ne disparaîtront s’ils n’arrivent pas en tête. En revanche, sur « la photo », ils apparaîtront bien au premier plan.
Vous serez perdants.
En effet, c’est ce couple infernal qui empêche de résoudre les problèmes de la France (et de l’Europe). Tant qu’il y aura l’épouvantail Le Pen, la petite élite fière de son logiciel économique et de sa vision post-nationale aura beau jeu de discréditer tous ceux qui sont attachés à la souveraineté, l’identité et à « une autre politique » en utilisant Le Pen pour les discréditer. Tant qu’il y aura Macron, la même politique, défavorable aux « exclus » de la mondialisation, continuera, avec cynisme.
François-Xavier Bellamy « l’ingénu » fait une vraie campagne, en questionnant la raison et le fond des sujets, plutôt qu’en instrumentalisant Simone Veil ou en fouillant les poubelles des adversaires.
Très en verve, Edouard Philippe a parlé de reconstitution de la droite « Trocadero ». Je préfère appartenir à cette Droite de conviction, plutôt qu’à la droite « Mercato » ou, devrais-je plutôt écrire, « Gigolo » : celle qui vend ses charmes pourvu qu’on l’entretienne.
Vous voulez que la politique change ? Alors arrêtez de voter en réaction. Votez Les Républicains ! Si LR dépasse LREM, Macron sera bien plus embeté que si c’est le RN, car c’est sa propre survie qui sera dans la balance.