Edito : l’immigration, derniere vache sacrée

Edito : l’immigration, derniere vache sacrée

Covid-19 : le gouvernement ne peut limiter le regroupement familial, juge le Conseil d’État (lefigaro.fr)

Je reste ébahi devant cet arrêt du Conseil d’Etat. La santé publique primerait donc sur tous les droits sauf celui à la migration !? Les Français ont été privés de déplacement, de liberté de réunion, de liberté d’association, de liberté d’aller et venir, de liberté d’entreprendre, parfois même temporairement de liberté de vote, mais il faudrait sanctuariser pour les étrangers celui à l’immigration familiale. Pourtant, où étaient tous ces nobles défenseurs de la vie familiale normale lorsque le gouvernement expliquait au nom de la lutte contre la Covid que les résidents d’EHPAD ne recevraient pas de visite ? Qui s’est ému de ces anciens privés de visites, de contacts, de réunions familiales depuis un an, et que d’aucuns voulaient consigner à la cuisine ou à la cave pour Noël ? A l’inverse, pourquoi n’autorise-t-on pas tous les étrangers retenus en France parce que la frontière est fermée (exemple : Algérie) depuis 9 mois, à regagner les leurs ? C’est un regroupement familial qui ne marche que dans un sens ? #Reprenonslecontrôle : le vrai sujet est que ce n’est pas au juge, mais au gouvernement, de décider qui peut venir ici. Le conseil d’Etat,aiguillonné par des associations politisés comme le GISTI, est déjà le vrai père de la politique de regroupement familial (et non VGE comme on le dit souvent). Il a déjà fait suffisamment de mal. Rejoignez le combat pour la souveraineté de la France !