Edito : { municipales } le Rassemblement est un sport de combat

Edito : { municipales } le Rassemblement est un sport de combat

C’est en tant que député de Carpentras et par esprit d’ouverture, que je suis venu assister à la réunion publique organisée vendredi soir par le candidat aux municipales de Carpentras, Bertrand de la Chesnais.
Je connaissais mal le général avant sa candidature, même si je l’avais croisé une fois sur Paris, et encore moins son programme. Lorsqu’il était venu m’exposer sa décision, je lui avais expliqué l’historique de Carpentras, où la division de la Droite avait conduit par deux fois à l’échec.
Depuis 2014, des colistiers des deux listes autrefois adverses ont réussi à cooperer au travers de l’association « la Relève Adroite ».
J’ai donc formulé le souhait que le candidat puisse en tant utile s’entendre avec le candidat qui parachèvera la procédure d’union de la Droite entamée depuis lors.
Je ne crois pas en l’union des Droites, euphemisme pour désigner l’alliance avec le RN. Je crois en revanche en l’union de projets positive, c’est à dire sans chercher de bouc-émissaire. Je crois qu’une élection municipale n’est pas effectivement une question d’étiquette/parti mais qu’il ne sert à rien de dissimuler ses convictions politiques ; qu’on ne gere pas une commune seul mais avec une bonne équipe.
Même s’il est officiellement « sans étiquette », monsieur de la chesnais semble partager un point de vue assez conservateur et très critique de la municipalité sortante. Son directeur de campagne est même un ancien stagiaire que j’ai connu au Siège des Républicains. Il a dans son équipe rapprochée quelques personnes que je connais bien.
En conclusion, j’ai précisé que n’étant pas candidat à cette élection, je ferai le choix de rester neutre et d’oeuvrer en faveur du rassemblement de la Droite et du Centre, tant que j’estimerai que cela aura du sens. J’ai moi-même choisi dès 2016 de m’effacer de ce combat municipal, abandonnant la présidence de la Releve Adroite pour ne pas bloquer l’union en ressuscitant de vieilles querelles et permettra l’union. Si j’ai pu mettre mon égo de coté, alors je pense que tout le monde peut le faire.