Edito : Qui veut gagner l’Elysée ?

Edito : Qui veut gagner l’Elysée ?

La désintégration-recomposition de la classe politique Française est en marche et 2017 verra probablement un big bang sans précédent.

Pour faire sauter les digues en béton qui cadenassent l’offre politique depuis les années 80, les charges de dynamite sont de plus en plus nombreuses et puissantes. Il y a bien évidemment la bombe nucléaire que représente le vote protestataire, mais du coté des partis institutionnels on n’est pas en reste : après la multiplication surréaliste des candidatures aux primaires de Droite, puis de Gauche (en trois morceaux !), nous avons les candidatures hors primaires qui se multiplient : Michèle Alliot-Marie, Arnaud Montebourg, Emmanuel Macron demain.
Comment interpréter cette course à la candidature ? Tout le monde veut être président. Le danger évident est que la compétition naturelle propre à la vie politique se mue en jeu de massacre – et les premières journées de la Primaire à Droite me laissent inquiets.
Face à cela, deux types de Nostradamus : ceux qui pensent que le système tiendra bon, et que les charges explosives et dissidentes n’empêcheront pas les favoris de disputer l’élection et ceux qui pensent que 2017 risque d’être une drôle d’élection, avec beaucoup de candidats à 15% et un gagnant “à la loterie”. Et vous ?