Faut-il des peines plus lourdes pour les voleurs de truffes ? (France Bleu Vaucluse, le 9 février 2016)

Faut-il des peines plus lourdes pour les voleurs de truffes ? (France Bleu Vaucluse, le 9 février 2016)

Les trufficulteurs et le député Julien Aubert demandent des sanctions plus lourdes pour les voleurs de truffes.

Les trufficulteurs sont excédés par les vols de truffes à répétition. Le syndicat des trufficulteurs de Vaucluse organisait lundi soir une réunion à Saint-Didier près de Carpentras, en présence des gendarmes, des policiers, du sous-préfet et du député Les Républicains Julien Aubert.

Ils pointent du doigt une justice trop clémente envers des voleurs souvent récidivistes.

“C’est exaspérant”

“C’est exaspérant, témoigne Loïc, trufficulteur à Aubignan. Depuis des années on porte plainte régulièrement. On attrape des gens sans domicile fixe qui ne possèdent rien et qui devant le tribunal ont des casiers judiciaires à rallonge. Le procureur est assez découragé, le juge condamne ou condamne pas. Souvent ces gens sont ramenés chez eux. Il faut que le juge soit conscient de l’exaspération des producteurs de truffes et qu’il se débrouille de trouver des solutions pour que ces gens-là arrêtent avant que ça ne se règle autrement, ce n’est pas la bonne solution que ça se règle autrement”.

“Peut-être des travaux d’intérêt général?”

” Il faut vraiment que ça soit exemplaire. Si vous leur donnez des condamnations financières ils ne les paieront jamais, ils n’ont pas de compte en banque, ils n’ont rien ! Les mettre en prison ? Si c’est pour qu’ils sortent quinze jours après, ça ne sert à rien… Peut-être des travaux d’intérêt général pendant des périodes longues à disposition de collectivités publiques pour entretenir les espaces verts les obligerait à faire quelque chose d’utile pour la société. C’est une idée, il peut y en avoir d’autres. Il faut que l’Etat trouve une solution au problème.”

Loïc, trufficulteur à Aubignan, se plaint de vols à répétition

Le député Julien Aubert souhaite durcir le code pénal, alourdir les sanctions en cas de vol. Il le demande depuis plusieurs mois au Ministère de la justice, sans être entendu, estime-t-il.

“Le problème c’est que c’est quelque chose de très localisé. Ensuite vous avez vu le contexte d’état d’urgence avec des problèmes de terrorisme? Vous imaginez bien que les forces de police, de sécurité et de justice sont centrés sur ce type de problématiques…”