Le Jour le plus beau

Le Jour le plus beau

Aujourd’hui, pour la première fois de ma vie, je vais manifester avec des gens de Gauche et d’Extrême-gauche. Je ne suis pas le seul : pour la première fois dans l’histoire de la Vème République, tout le pays va manifester côte-à-côte. Ce n’est pas la Droite, la France, ce n’est pas la Gauche, la France : c’est une certaine idée, une certaine idée de la liberté.

Nous allons être Charlie. Pas les idées de Charlie Hebdo. “Charlie”, au nom des dessinateurs tués pour leurs pensée, des policiers assassinés pour leur tenue, des citoyens juifs massacrés pour leur religion, et de ces anonymes, parfois eux-mêmes issus de l’immigration et parfaitement français, qui ont payé de leur vie la brusque éclosion d’un fasciste islamiste à nos portes.

Bien sûr, il ne faut pas être naïfs. Manifester n’est en soi pas la solution au problème : nous attendons du gouvernement des solutions radicales et fortes pour écraser ces cellules dormantes, et ce qui posera inévitablement la question des libertés publiques et individuelles. Mais manifester, c’est déjà résister et pour la première fois de son histoire, c’est tout le peuple de France qui sera ce jour dans la rue, et qui réaliser à quel point ce qui le rapproche est plus grand que ce qui le divise.

Bien sûr l’extrême-droite a beau jeu d’ergoter sur les idées de Charlie Hebdo. Mais que celui qui n’a jamais fait une blague raciste ou anticléricale à la fin d’un dîner arrosé lève le doigt… C’est cette liberté là de bousculer le sacré, même si des excès ont été commis, qu’il faut défendre. Il y a des phases de l’Histoire de son pays où on ne peut pas être “au milieu”. Il faut choisir son camp. Ceux qui ne l’ont pas compris se trompent de tempo et d’époque.

J’espère que ce jour les musulmans de France descendront en nombre dans la rue car beaucoup de Français non-musulmans craignent que cette affaire terroriste dégénère en guerre civile. Se venger d’un attentat en bombardant une mosquée, c’est importer une forme de vengeance moyen-orientale qui n’a jamais été notre tradition : l’Occident juge et condamne celui qui commet l’acte, pas sa famille, ses amis, son clan, sa “communauté”. La responsabilité est individuelle. Il n’y a que dans l’Orient compliqué que lorsqu’un terroriste commet un acte, on démolit sa maison, expulse sa famille ou bombarde ses frères.

Je connais la fascination morbide qu’ont certains pour la guerre civile, la croyant inévitable. L’Histoire nous apprend que notre avenir, c’est ce que nous en faisons, et que rien n’est écrit. Un conflit, tout le monde est là au départ pour savoir comment il débute. Beaucoup moins sont là à l’arrivée pour savoir comment et quand cela se termine. Aspirons à la paix et à la sécurité, tout le monde y gagnera. On ne va pas, sous prétexte qu’une minorité radicale sur ce territoire regrette le temps des Hachichins leur faire le cadeau de rallumer les guerres de Religion.

J’aime mon époque, le XXIème siècle, et c’est pour cela qu’aujourd’hui, comme des millions de mes concitoyens, je serai un Charlie anonyme. Vive la France, vive la République.