Julien Aubert a voté pour l’autorisation des néonicotinoïdes afin de sauver la filière betteravière française.