Julien Aubert demande à Marylise Lebranchu de revenir sur les épreuves du concours d’entrée à l’ENA

Julien Aubert demande à Marylise Lebranchu de revenir sur les épreuves du concours d’entrée à l’ENA

Julien Aubert, Député de Vaucluse, demande à Marylise Lebranchu, Ministre de la Décentralisation et de la Fonction publique, de revenir sur l’exclusion de toute autre langue vivante que l’Anglais dans les épreuves du concours d’entrée à l’Ecole nationale d’administration (ENA).

Par un arrêté du 16 avril 2014, le Ministre a en effet exclu des épreuves du concours d’entrée à l’ENA toute autre langue vivante que l’Anglais, « ce qui est tout simplement inacceptable ».

« Si l’article L 121-3 du code de l’Education impose comme objectif fondamental la maîtrise du Français et la connaissance de deux autres langues, le message que passe ce décret envers nos partenaires européens, que ce soit l’Allemagne, l’Espagne, ou encore l’Italie, ne pourrait être compris autrement que comme, au mieux, du désintérêt de la part de la France pour leur culture. De même, si certains des élèves espèrent intégrer une administration européenne, leur chance d’y arriver sera amoindrie, la connaissance d’au moins deux langues européennes étant obligatoire », fait savoir le député au Ministre dans un courrier daté de ce jour.

C’est pourquoi, il lui « demande instamment de revenir sur cette simplification des épreuves, qui n’aura pour conséquence que d’affaiblir davantage la France dans ses relations internationales, et notamment européennes ».