Julien Aubert réagit au discours du Président de la République

Julien Aubert réagit au discours du Président de la République

Julien Aubert, Député de Vaucluse, réagit au discours prononcé devant le Congrès par le Président de la République. « Le Président a annoncé quelques mesures réclamées de longue date par la Droite, comme la déchéance de nationalité, mais malheureusement, cela ne suffira pas. La réforme constitutionnelle pour créer un nouveau statut exceptionnel intermédiaire entre l’Article 16 et l’état de siège est inutile, les dispositifs existants suffisent : si le Président veut les pleins pouvoirs pour lutter contre le terrorisme, qu’il l’assume en application de l’article 16 de la Constitution. »

En attendant, Julien Aubert espère que le texte proposé par le gouvernement pourra être renforcé de six mesures prioritaires :

–          La suspension immédiate des accords de Schengen sans limitation, avec rétablissement des contrôles aux frontières de notre pays ;

–          La constitution d’un fichier spécifique des individus fichés S, comme pour les individus coupables d’agressions sexuelles ou pédophiles, qui serait accessible, commune par commune, aux officiers de police judiciaire concernés (gendarmerie, police mais aussi les maires) de manière à ce que la vigilance des forces de l’ordre puisse être optimale et ne repose pas seulement sur les services de renseignement ;

–          L’autorisation pour les forces de l’ordre de porter leur arme après leur service, comme aux Etats-Unis, afin de renforcer la réactivité de la riposte ;

–          L’internement d’office dans des centres de déradicalisation, gérés par l’armée et situés hors métropole, des individus fichés S particulièrement dangereux ;

–          La fermeture systématique des lieux de cultes salafistes et l’arrestation de leurs responsables ;

–          L’autorisation donnée aux forces de police d’utiliser leur arme pour neutraliser tout individu opérant comme terroriste (l’utilisation est aujourd’hui encadrée strictement par les situations de légitime défense).

Ces actions intérieures doivent être complétées par des actions de long-terme :

–          Frapper au portefeuille les pays du Golfe qui financent le djihadisme en réduisant massivement notre vulnérabilité au pétrole. Ceci suppose de basculer sur d’autres types d’énergie, en accroissant notamment notre consommation d’électricité nucléaire ;

–          Interventions ciblées en Afrique de l’Ouest contre les réseaux narco-trafiquants, qui financent les mouvements islamistes du Maghreb ;

–          Réindustrialiser notre économie tous azimuts de manière à assurer notre indépendance stratégique et rendre l’économie française moins vulnérable aux chocs terroristes (le secteur tertiaire –  tourisme, commerce – est naturellement plus sensible aux menaces).