Julien Aubert réagit à la présentation du projet de loi de Ségolène Royal

Julien Aubert, Député de Vaucluse et porte-parole du Groupe UMP à l’Assemblée nationale sur la transition énergétique, réagit à la présentation en Conseil des ministres du projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte.

« Le gouvernement s’apprête à dépenser des milliards d’euros sans avoir réfléchi aux outils nécessaires pour assurer une dépense efficace. En effet, ce texte ne contient aucune stratégie réelle en matière de rénovation énergétique, ni de lien entre les ministères de l’Ecologie et des Finances concernant la gestion budgétaire et les lourdes dépenses qui seront engendrées. C’est aussi ce que souligne le Conseil économique, social et environnemental dans son avis du 9 juillet, lorsqu’il estime que le texte ne contient aucun chiffrage financier global ou mesure par mesure. Les objectifs retenus par le projet de Mme Royal sont flous : ils n’ont qu’un but purement politicien, à savoir contenter les Verts », estime Julien Aubert.

Il ajoute que « s’agissant du nucléaire, on ne peut que constater la lâcheté dont le gouvernement fait preuve. En voulant copier le modèle allemand, il s’apprête à mettre à mort une filière française d’exception, sans toutefois le reconnaître clairement. Quel paradoxe que de vouloir réduire le déficit commercial du pays tout en asphyxiant une filière d’exportation majeure! Il faut donc sortir du Gosplan proposé par le gouvernement en raison de l’étranglement d’un budget déjà fortement contraint. Par ailleurs, ce texte aura pour conséquence d’accentuer la dépendance énergétique du pays au lieu de renforcer son indépendance ».

Toutefois, il note que « le gouvernement rejoint l’opposition en s’inspirant des propositions présentées par le Groupe UMP à l’Assemblée nationale le 25 juin dernier, notamment sur la question du tout électrique dans le domaine des transports en ouvrant des voies aux multiples technologies et aux différentes sources énergétiques. De même, s’agissant de la simplification administrative, quelques avancées sont prévues par ce projet de loi. Mais il faudra encore aller plus loin dans ce domaine car si le gouvernement entend simplifier certaines procédures, le projet de loi ne contient aucun signal fort permettant de croire à un allègement réel de celles-ci ».

Si certains y voient le verre à moitié vide, d’autres y verront le verre à moitié plein. Une chose est donc sûre : il appartiendra au Législateur de compléter un texte rédigé dans l’obsession des chiffres ronds et basé sur des objectifs multiples et contradictoires.

Tags: