Julien Aubert regrette le refus d’adopter la gratuité des places de parking pour les personnes atteintes de handicap

Julien Aubert regrette le refus d’adopter la gratuité des places de parking pour les personnes atteintes de handicap

Julien Aubert, Député de Vaucluse, regrette le refus du gouvernement et de la majorité d’adopter un amendement qui reprenait une proposition de loi socialiste prévoyant la gratuité des places de parking pour les personnes en situation de handicap titulaires de la carte de stationnement.

Dans le cadre de l’examen du projet de loi de mise en accessibilité des établissements recevant du public, des transports public des bâtiments et de la voirie, reprenant in extenso une proposition de loi adoptée par le Sénat en décembre dernier et rédigée par Didier Guillaume, nouveau président du groupe Socialiste au Sénat, Julien Aubert souhaitait que le gouvernement prenne un engagement clair et ferme envers les personnes atteintes de handicap, en adoptant ce dispositif, ou tout au moins en s’engageant à inscrire le texte adopté par le Sénat à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale dans les plus brefs délais.

« Je suis surpris que la gauche ait refusé aussi catégoriquement d’adopter une telle proposition, alors même qu’elle était issue de ses rangs ! Comme je l’ai dit en séance, il arrive parfois que l’on torde le droit dans notre hémicycle. Et pour la bonne cause, la majorité aurait pu faire adopter ce dispositif, ce qui aurait constitué un message fort pour les personnes vivant avec un handicap et pour qui il parfois très difficile de se rendre au parcmètre pour y remettre des pièces . »

« La Secrétaire d’Etat chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l’exclusion, Mme Ségolène Neuville, a fait preuve d’un dogmatisme incroyable, refusant catégoriquement d’émettre un avis favorable à quelconque proposition des députés UMP, alors qu’elles allaient pourtant dans le bon sens. Le respect dont elle a fait preuve à l’égard des députés de l’opposition présents en séance, serait-il donc semblable au souci qu’elle porte aux personnes dont elle a la charge… ?  »

Julien Aubert se dit par ailleurs « particulièrement déçu que le gouvernement n’ait pas pris la peine de s’engager à inscrire rapidement la proposition de loi du sénateur Guillaume à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale ».