JULIEN AUBERT S’OPPOSE FERMEMENT À LA RÉFORME DES PROFESSIONS RÉGLEMENTÉES

JULIEN AUBERT S’OPPOSE FERMEMENT À LA RÉFORME DES PROFESSIONS RÉGLEMENTÉES

Julien AUBERT, Député de Vaucluse, se déclare hostile à la déréglementation aveugle et s’opposera fermement à la réforme des professions réglementées, envisagée par le gouvernement (notaires, huissiers de justice, pharmaciens etc). En premier lieu, le député reproche au gouvernement la méthode qu’il a employée : alors que Manuel Valls avait déclaré à l’Assemblée Nationale, lors de sa première déclaration de politique générale (8 avril 2014), que « rien n’est possible sans l’écoute et le dialogue », il fait exactement le contraire. La Commission Nationale des Professions Libérales, créée en 2011 pour donner son avis sur tout projet de texte applicable aux professions libérales, n’a jamais été consultée depuis 2012 et l’a encore moins été sur ce projet de réforme, qui impacte pourtant considérablement les professionnels libéraux.

Sur le fond, le projet de réforme repose sur un rapport de l’Inspection Générale des Finances, qui espère ainsi un gain de PIB de 0,5 points et la création de 120 000 emplois. Pour Julien AUBERT, ce ne sont là que des hypothèses hasardeuses, dont les méthodes d’évaluation sont loin d’être probantes. Et le député de prévenir : « attention surtout de ne pas détruire plus d’emplois qu’on en créerait ! ». Enfin, il considère que la santé, le droit, les techniques au service du public ne sont pas des marchandises et qu’il faut respecter dans ces domaines un besoin de sécurité de nos concitoyens. Si ces professions sont réglementées, c’est précisément pour protéger les usagers. Cette protection ne doit pas, selon lui, être remise en cause sous des prétextes économiques douteux.

Julien AUBERT conclut en indiquant que les professions réglementées, qui peuvent compter sur sa mobilisation, ne doivent pas devenir les boucs émissaires d’un gouvernement qui cherche à les rendre responsables du déficit de croissance de la France.

D’ores et déjà, le député a évoqué ce dossier au cours d’une entrevue avec le Ministre Emmanuel Macron, qui lui a donné des signes positifs pour les professions libérales concernées.