Le petit François passe son certificat d’études (le problème de la baignoire)

Le petit François passe son certificat d’études (le problème de la baignoire)

L’an 2014 débute et on nous propose un énième pacte de responsabilité. Le socialisme gouvernemental aime s’inspirer des publicités d’électroménager – Hollande, le contrat de confiance – en labellisant des offres « packagées » à grand renfort de « pacte » ou de « choc ». Un pédalo acheté, un scooter offert.

Pendant ce temps-là, la situation des finances publiques est à la dérive. Malgré les annonces du gouvernement et du Président de la République, la hausse des recettes fiscales, dont le produit est en croissance de plus de 30 Md€, les dépenses publiques sont passées de 56,6% du PIB en 2012 à 57,0% en 2013, ce qui correspond à une augmentation de 28 Md€ (le PIB est en croissance de quelques 100 Md€ pour le précédent exercice). En d’autres termes, au lieu d’augmenter les impôts pour réduire la dette, tout en réduisant la voilure des dépenses, le gouvernement a quasiment tout dépensé ce qu’il a prélevé en plus.

Et devinez qui est le plus grand dépensier ? D’après la loi de Finances pour 2014, c’est la sécurité sociale qui a le plus dérapé, avec plus de la moitié de l’augmentation à elle-seule (16 Md€). La talonnent les collectivités locales (7 Md€), puis l’Etat (5 Md€). Bref, le débat public ne se pose pas dans les bons termes : au lieu de tailler dans les dépenses d’assistanat, la fraude sociale et les doublons administratifs au plan local, on continue à mener un débat budgétaire très nationalo-centré. La réalité est que l’Etat providence meurt d’asphyxie et que la décentralisation, cette idée socialiste de 1981, a fait exploser les comptes. En 2013, la seule augmentation de la dépense sociale (Etat et Sécurité Sociale confondus) a été de 19 Md€ !

Si la France a économisé en 2013, c’est par hasard : ses charges d’intérêt ont diminué de 3 Md€, mais c’est grâce à la baisse des taux de long terme, laquelle échappe totalement à l’action gouvernementale. La dette, elle, a continué à augmenter, de même que la masse salariale publique, incluant les cotisations sociales des employeurs, qui a augmenté de 5 Md€.

Monsieur Hollande, le problème est simple et était autrefois exposé dans les “problèmes” du certificat d’études avec une baignoire qu’on remplit d’un coté et qui se vide de l’autre. Vous pouvez augmenter tous les ans les impôts de 30 Md€, si chaque année votre sécurité sociale dérape de 20 Md€ en plus et vos collectivités locales de 7 Md€, cela ne sert à rien : vous videz avec un seau de plage un pédalo qui fuit de toutes parts.