L’Hiver sera rude, vu le re-Doubs

L’Hiver sera rude, vu le re-Doubs

Ce matin, la télévision a choisi de parler de l’élimination de l’UMP dans le Doubs, plutôt que de son triomphe à Ajaccio, grâce à mon collègue cadet-bourbon, Laurent Marcangeli. C’est un choix.

On va beaucoup gloser pendant 3 jours sur “le choc”, et puis – hélas – comme pour les municipales et surtout les européennes, on va vite se rassurer : tout ceci n’est qu’une parenthèse. Dormez braves gens.

Il n’en est rien. Le système politique est confronté à un formidable désaveu avec une majorité croissante de Français qui refusent de voter pour ce que certains appellent “les partis du système”.

Le FN n’est pas le mal : il n’est qu’un symptôme passager d’une même maladie qui frappe tous les pays d’Europe. Au moins ses électeurs votent : ils participent, ils croient au politique ! Malheureusement, le FN est une illusion : si un jour il arrive au pouvoir, il se dégonflera de lui-même. Et ce jour là, nous réaliserons la réalité du mal : les Français croient de moins en moins au politique pour résoudre leurs problèmes et ils recherchent une alternance “à tout prix” pour amener un rebond.

Pendant 25 ans, ils ont attendu l’arrivée de la Gauche au pouvoir. Echec. Puis ils ont cru passionnément en Chirac et Sarkozy. Déceptions. Désormais, le “on a tout essayé sauf…” joue pour le Front qui peut se targuer de savoir tout solutionner puisqu’il n’a jamais gouverné.

Le constat est que le FN, après avoir siphonné 15% d’électeurs de Droite déçus par la mollesse d’une Droite trop bébête et alignée sur la Gauche, est en train de récolter 10 à 15% d’électeurs de Gauche qui veulent des solutions radicales contre le chômage. Un melting pot détonant qui fait du FN un parti qui va structurellement être écartelé entre ses composantes.

Voilà pourquoi, toutes les théories de “cordon sanitaire” ne riment à rien : on n’ostracise pas 25% des Français.
Voilà pourquoi, il est vain de se demander pour qui l’UMP doit appeler à faire voter : on ne choisit pas en démocratie une etiquette, on choisit une personne, un individu, un élu. Les électeurs sont majeurs et vaccinés : qu’ils fassent leur choix.

Ceux qui appellent à voter PS avec empressement devraient s’interroger : à quoi bon se dire de Droite si c’est pour faire la courte-échelle à votre adversaire ?

Quant à ceux qui pensent que la Droite serait meilleure en s’alliant avec des gens qui ont repris le discours de Mélenchon au plan économique, je reste (très) sceptique.

La démocratie est malade, suffisamment malade pour que la France se donne au premier autoritaire venu qui lui promettra de passer la classe politique au karcher et de régler par la force les problèmes du pays.

La manière de relever la tête ? Oublier le FN, oublier les tactiques d’appareil : travailler au lieu de faire de la com’ ; parler vrai ; et assumer une rupture idéologique profonde avec le boboïsme qui règne dans ce pays.