Lucien Neuwirth, député gaulliste et père de la loi légalisant la contraception, nous a quittés

Lucien Neuwirth, député gaulliste et père de la loi légalisant la contraception, nous a quittés

Cette nuit, Lucien Neuwirth, le député gaulliste père de la loi légalisant la contraception, nous a quittés. La chaîne i-Télé a fait intervenir sa chroniqueuse culturelle, Madame Marie Colmant, qui – hélas – en a profité pour commenter cette actualité avec une ignorance stupéfiante. Et je reste aimable.

Son commentaire, posé sur la table avec la même délicatesse et le même à-propos qu’un plat de choucroute un soir de réveillon, a été le suivant : Lucien Neuwirth se serait battu dans une France gaulliste conservatrice (ce qui est vrai) et notamment par rapport à … un de Gaulle pas très favorable à l’émancipation des femmes, pas “women-friendly” pour reprendre l’expression exacte.

Faire de de Gaulle un adversaire des femmes, c’est faire preuve d’une incompétence historique profonde ou d’une mauvaise foi évidente : rappelons que c’est le Comité de libération nationale qui en avril 1944 a proclamé par ordonnance un suffrage “vraiment” universel en élargissant le droit de vote aux femmes. C’est donc de Gaulle qui a initié la lente révolution sociale que des gouvernements “de gauche” comme celui du Front populaire dix ans auparavant s’étaient bien gardé de lancer.

En 1965, c’est sous le même de Gaulle – et pas sous cette IVème République socialisante farcie de Mollet et de Mitterrand – qu’une loi gaulliste pose la parité homme/femme dans le couple en réformant le régime matrimonial. La réforme de 1965 rend effective la capacité juridique de la femme mariée. Celle-ci peut en effet ouvrir un compte en banque en son nom propre, et n’a plus besoin de l’autorisation de son mari pour exercer une profession séparée.

Ensuite, comme l’a rappelé “malgré elle” Madame Colmant, c’est bien encore sous de Gaulle, malgré ses convictions catholiques qui plaidaient pour le statu quo en matière de contraception, que ce droit a été acquis par les femmes, et ce AVANT la fameuse date fétiche de la Gauche bien-pensante, qui aime s’octroyer la paternité du progrès permanent. Rappelons que de Gaulle était né en 1890…

Ce que le microcosme ignare et bien-pensant refuse de voir, c’est que le Gaullisme n’a jamais été une force conservatrice, bien au contraire, et que le socialisme n’a pas le monopole du progrès social. Comme disait Pierre Dac, “Quand on voit ce qu’on voit, que l’on entend ce qu’on entend et que l’on sait ce que qu’on sait, on a raison de penser ce qu’on pense…”