«Madame le président»: l’appel de Julien Aubert aux citoyens français (le Figaro.fr, le 16 octobre 2014)

«Madame le président»: l’appel de Julien Aubert aux citoyens français (le Figaro.fr, le 16 octobre 2014)

FIGAROVOX/EXCLUSIF – Sanctionné par Sandrine Mazetier après l’avoir appelée «Madame le président», le député Julien Aubert revient sur la polémique. Il en profite pour s’interroger plus largement sur les maux de la démocratie moderne.


Julien Aubert est un homme politique français. Il est élu député pour la première fois lors des législatives de 2012 dans la cinquième circonscription de Vaucluse.


Citoyen,

Je t’écris parce que je suis inquiet, comme toi, pour mon pays et la démocratie.

Tu me reconnais peut-être parce que je suis un député sanctionné pour une voyelle jugée indésirable au nom de la féminisation des titres.

Je ne suis guère fier de ce que ma notoriété procède d’une polémique futile. Mais d’un mal peut surgir un bien. En effet, l’affaire qui m’a fait connaitre du grand public est un exemple assez caractéristique des maux dont souffre notre démocratie aujourd’hui. Nous ne sommes pas en 2014 mais en 1984: Orwell s’était trompé de 30 ans.

Lorsqu’a éclaté l’affaire «de la présidente», plusieurs médias se sont empressés de jouer le morceau habituel: «Mais vous n’avez rien d’autre à faire que vous battre sur la grammaire?» Quoi de plus facile que de flatter la foule en lui donnant un objet de lynchage?

Toi, Citoyen qui a peut-être été assommé sous le bombardement médiatique sur cette polémique, tu t’es peut-être aussi posé la question? Moi aussi, car autrefois, j’étais à ta place, dans mon canapé, face au flot incessant de scandales et d’épiphénomènes.

Lorsque je me suis lancé dans la vie politique, il y a trois ans, c’était parce que je n’étais pas d’accord avec le fonctionnement de la vie politico-médiatique: absence de débat de fond, clivage factice partisan, polémiques du jour amplifiées par les chaînes de télévision en continu…

Je voulais changer les choses, et travailler différemment.

Depuis le début de l’année 2014, j’ai eu la responsabilité de définir la position de l’UMP sur la transition énergétique, présentée par l’actuel hôte de l’Elysée comme l’un des sujets majeurs de son quinquennat. Ce travail, je l’ai réalisé sérieusement avec plusieurs de mes collègues. Chaque semaine du premier semestre de l’année 2014, nous avons réuni des experts et acteurs du secteur de l’énergie afin de débattre sur quelle stratégie énergétique faut-il à notre pays. 45 heures de débat et de travail, des dizaines de rendez-vous et d’auditions, pour arriver à 11 propositions consensuelles, adoptées par mes collègues de l’UMP, et qui auraient certainement pu être une plus-value pour l’avenir de notre pays.

En as-tu entendu parler? Non. Pourquoi? Parce que la conférence de presse que nous avons donnée pour présenter notre position a généreusement attiré 4 journalistes, dont 3 de la presse spécialisée…

Et puis les débats sur le texte ont débuté. 37 heures d’audition jour et nuit qui ont débouché sur 30 heures de travail en commission spéciale. Aucun journal, ou presque n’a voulu en parler. Une tribune que j’avais rédigée pour expliquer le coût faramineux de ce texte de loi inapplicable (290 milliards d’euros selon nous), n’a même pas trouvé preneur. Il faut dire que parler des frondeurs ou du duel Juppé/Sarkozy en 2017 était une question bien plus urgente que les finances et l’avenir énergétique de la France.

Le résultat de ces centaines d’heures de travail a été un mépris total de la majorité pour nos idées. Rien n’a été retenu, le texte a été examiné à la va-vite. Ce n’était pourtant pas faute de proposer des solutions alternatives: j’avais préparé quelques 200 amendements au projet de loi.

Heureusement il s’est trouvé un grand journal du Soir pour répéter les éléments de langage du gouvernement en disant que l’opposition avait soit disant «tué» le débat par une obstruction idiote. Aucun espace ne m’a été proposé pour répondre. Les autres journaux m’ont expliqué que ça n’était pas vendeur ou que la place manquait.

Et puis il y a eu cette phrase, anodine, prononcée en Français, qui a provoqué un tintamarre médiatique incroyable. Enfin un article disputé sur les médias!

Malheureusement, Citoyen, il ne s’agissait pas d’un article de la loi, mais d’un article féminin ou masculin devant le mot président(e). La presse écrite, y compris étrangère, en fit ses gros titres. Japon, Royaume-Uni, Belgique. On ne savait pas au juste dans quel contexte ladite phrase avait été prononcée, mais qu’importe le flacon. Des torquemada s’empressèrent de sortir en rangs serrés de leurs salons dorés pour crier que j’étais coupable. «Machisme, conservatisme, provocation». Au nom des libertés, lynchons-le! Coupable, forcément coupable pour les bien-pensants! Personne ne prit le temps de s’interroger sur l’objectivité de la sanction.

Les médias radiophoniques ou télévisés se firent alors un plaisir de m’inviter en me gourmandant: «n’avais-je pas mieux à faire?» Je leur répondis que oui, j’avais mieux à faire et que jusqu’ici la stratégie énergétique de la France d’ici à 2050 n’intéressait pas grand monde. Je tentais une accroche – un coût, un risque sur l’emploi dans le nucléaire – mais rien n’y fit. Il était bien plus intéressant de s’interroger sur le fait de savoir si je n’avais pas fait exprès de provoquer Sandrine Mazetier pour me faire de la pub (vilain garçon!).

Alors, je m’y suis plié, pour défendre mon honneur.

Car, ce qui est inquiétant, Citoyen, c’est que même dans ce maëlstrom médiatique, la propagande du parti au pouvoir a joué à plein. Les trissotins ont bêlé la leçon qu’on leur avait bien apprise: j’avais «violé le règlement de l’Assemblée». Aucun journaliste (sauf un ou deux) n’est allé vérifier si c’était vrai. Mais le voisin l’ayant affirmé avec gravité, il ne pouvait en être autrement. Et c’est évidemment faux: l’article 71 du règlement de l’Assemblée nationale qui sert de base à la sanction est lui-même ainsi rédigé «Le Président rappelle à l’ordre…».

Lorsque mes collègues, inquiets qu’on puisse sanctionner le bon usage du Français, sans base juridique, sans grief, sans recours et par pure idéologie, ont voulu être solidaires de ma situation, on les a dépeints comme ridicules. On a même osé écrire que leur solidarité était «indécente», comme si réparer une injustice pouvait être indécente. Et pour les punir, un site poétiquement appelé «Macholand» a tout simplement envahi et bloqué leurs boites mail. Intelligence de la méthode, respect des idées, tout y est.

Cerise sur le gâteau: lorsque l’Académie française, sortant de sa réserve, a finalement rappelé pourquoi on pouvait féminiser les métiers, mais pas les titres, car la fonction survit à son porteur temporel, certains médias de gauche ont réussi à affirmer sans rire qu’elle donnait raison… à Sandrine Mazetier. Arriver à prétendre l’inverse de ce qui est réel, c’est la plongée dans un monde néo-orwellien.

Citoyen, comment appeler une démocratie où le peuple est volontairement intoxiqué avec de la fausse information pour lui faire avaler des choses énormes au plan des droits, tandis qu’on décrédibilise ceux qui pensent différemment?

Citoyen, comment caractériser un régime où certains en arrivent à considérer normal qu’un représentant du peuple soit sanctionné comme un délinquant, sans base juridique, sans grief, juste par idéologie?

Citoyen, comment identifier un régime qui pense qu’il faut éduquer les gens par la langue, en purgeant les mots et en intimidant ceux qui ne cèdent pas?

Citoyen, tu te tournes vers moi tous les jours, et tu m’interroges: «N’avez-vous rien d’autre à faire?» Je te pose à mon tour la question: ne serait-il pas temps, Citoyen, que tu fasses, toi aussi, quelque chose pour mettre fin au lent déclin de la démocratie représentative?

Citoyen, combien de temps penses-tu que nous tiendrons sans ton soutien? Il est peut-être temps de leur dire «le mot de Cambronne».