Mauvaise plaisanterie ou escroquerie intellectuelle ?

Mauvaise plaisanterie ou escroquerie intellectuelle ?

Dans l’édition du 16 avril de la Provence, Hervé de Lépinau déplore le maintien de ma liste au second tour des élections municipales et me reproche d’avoir voulu empêcher « l’union des droites ». Est-ce une mauvaise plaisanterie ou de l’escroquerie intellectuelle ? M. de Lépinau a passé ses journées à critiquer l’UMP, à dénoncer le « système », à affirmer que l’UMP et le PS, c’est pareil ! Et il aurait voulu que ma liste se retire à son profit ! Prend-il les citoyens pour des demeurés ?

Si je traduis son raisonnement, cela signifie que lorsque le FN arrive devant l’UMP, il faudrait que l’UMP s’efface avec délicatesse pour promouvoir « l’union des droites », mais lorsque le FN arrive derrière l’UMP, pas question pour le FN de se retirer au profit des candidats du « système », ce qui permet l’élection de la gauche ! N’est-ce pas Marine Le Pen qui a refusé d’appeler à voter Sarkozy au second tour des présidentielles, ce qui nous a permis d’avoir Hollande à la tête de l’Etat ? C’était sans doute là, M. de Lépinau, les prémices de « l’union des droites » que vous réclamez ? N’est-ce pas la même Marine Le Pen qui avait ordonné à la candidate FN qui se présentait dans ma circonscription, en juin 2012, de se maintenir au second tour, ce qui aurait permis l’élection d’un député socialiste supplémentaire pour soutenir la politique de Hollande ? Heureusement que cette candidate, à titre personnel, a refusé d’obéir aux ordres du FN ! Quant aux élections municipales, le candidat FN ne s’est-il pas maintenu à Monteux, alors qu’il était arrivé troisième, ce qui a permis la réélection du maire socialiste ? Dans les communes de droite comme Pertuis, L’Isle sur la Sorgue ou Vedène, les listes FN se sont-elles retirées, alors qu’elles n’étaient pas en position de l’emporter au second tour contre les maires sortants UMP ? Bref, l’union des droites n’est réclamée par M. de Lépinau qu’à Carpentras, mais ailleurs le FN peut tirer à boulets rouges sur l’UMP, cela ne le dérange pas… Belle preuve de mauvaise foi de la part de cet opportuniste carriériste, qui se réclamait de Nicolas Sarkozy en 2007, après sa victoire aux présidentielles, qui a fait tous les partis (MPF, Ligue du Sud, FN) pour avoir une place et qui a échoué dans sa tentative d’en obtenir une. Puisse-t-il au moins assumer son échec et ne pas réclamer l’aide de ses ennemis d’hier.

 

 

Julien AUBERT
Député de Vaucluse
Conseiller Municipal