Point sur la situation médicale du bassin d’Apt

J’étais ce matin en compagnie du directeur départemental de l’ARS de Vaucluse pour une réunion de travail que j’avais sollicitée conjointement avec Véronique Arnaud Deloy sur la situation médicale du bassin d’Apt.

En effet, sensibilisé de longue date sur le vieillissement des praticiens (56% des médecins généralistes ont plus de 55 ans, 40% plus de 60 ans, le densité en spécialistes est de 37,8 pour 1000 habitants contre 100 dans le reste du département), je mets en garde l’ARS depuis plusieurs années sur le risque d’un désert médical.

Nous avons appris ce matin une bonne nouvelle : une modification du zonage ARS pour la bassin d’Apt. Désormais, le centre ancien et le quartier de Saint-Michel sont classés en zone d’intervention prioritaire, avec une aide de 50 000 euros à l’installation d’un médecin pour au minimum 5 ans. Voilà qui devrait faciliter la tâche pour le centre privé Saint-Michel que j’avais visité à l’automne et tenté d’aider. Le reste du territoire est classé en zone d’action complémentaire, ce qui permet à un médecin qui s’installe en Vaucluse sur cette zone un revenu complémentaire pendant un an.

Je suis très heureux de cette décision, qui concrétise de longues années de travail souterrain de lobbying, et qui va accompagner le plan Santé annoncé pour tout le département de Dominique Santoni. D’autres zones ont basculé en ZIP dans ma circonscription, notamment autour du Ventoux et de Sarrians, ce qui devrait faciliter la tâche de Anne-Marie Bardet.

Peut être une image de 2 personnes et intérieur
Tags: