Politique: l’UMP se prépare à muer en «Républicains» (RFI, le 15 avril 2015)

Politique: l’UMP se prépare à muer en «Républicains» (RFI, le 15 avril 2015)

En France, l’UMP prépare sa mue. Dans les prochaines semaines, le parti de droite va se réformer de l’intérieur en adoptant de nouveaux statuts. Il va surtout changer de nom, une nouvelle appellation pour faire oublier les tensions des années passées et l’affaire Bygmalion. A compter du 30 mai prochain, le parti pourrait s’appeler « Les Républicains ». Un nouveau nom qui n’est que modérément apprécié en interne.

Le nouveau nom de l’UMP sera officialisé fin mai lors du congrès qui se tiendra à la Grande Halle de la Villette, dans le nord de Paris. Les Républicains, c’est le probable nouveau nom du parti conduit par Nicolas Sarkozy, selon plusieurs sources, ne provoque pas un enthousiasme débordant en interne même s’il a ses partisans comme le député Thierry Solère pour qui « la République est un joli mot » même s’il est « un peu galvaudé ».

Parmi ceux qui émettent des réserves, le juppéiste Edouard Philippe. « Je trouve que le nom est un peu générique et puis c’est vrai qu’il évoque, pour ceux qui s’intéressent un peu à la politique américaine une autre identité dans laquelle, pour le coup, je me reconnais assez peu » confie-t-il à RFI.

Droite dure contre droite molle

Le parti républicain américain a toujours été marqué très à droite ce qui n’est en revanche pas pour déplaire à Julien Aubert, représentant de l’aile conservatrice de l’UMP. « L’un des problèmes de l’UMP, c’est qu’elle est vue parfois comme un parti de droite molle donc si ça peut convaincre à la fois nos électeurs que nous sommes une vraie droite et en même temps que nous sommes là pour défendre les idées de la République, je crois qu’on aura réussi notre pari » assure le député du Vaucluse (Sud).

Pour les élus de gauche, ce nouveau nom de change pas grand-chose au final. « Ce n’est pas parce que l’on change la devanture que le fonds de commerce est différent. Ils vont vendre toujours la même salade ! » tacle le député écologiste Noël Mamère.

A gauche comme à droite, tout le monde semble d’accord sur ce point : plus que le nouveau nom, la question de la ligne politique du parti apparaît bien plus importante.