Le Préfet de Vaucluse répond à Julien Aubert suite à son intervention sur les chenilles processionnaires