Ségolène Royal désavouée par l’Assemblée nationale

Ségolène Royal désavouée par l’Assemblée nationale

Ségolène Royal désavouée par l’Assemblée nationale sur la prise en charge par l’employeur des frais engagés par ses salariés se déplaçant en vélo.

Alors que le texte relatif à la transition énergétique adopté par l’Assemblée nationale en 1ère lecture, prévoyait la mise en place d’une indemnité kilométrique pour les salariés se déplaçant à vélo, Ségolène Royal, Ministre de l’Ecologie, s’est reniée en déposant un amendement qui supprimait ce dispositif, celui-ci ayant un impact négatif sur les finances publiques.

Julien Aubert, Député de Vaucluse, Philippe Goujon, Député-Maire du 15ème arrondissement de Paris, et Philippe Vitel, Député du Var, ainsi que la très grande majorité des députés présents dans l’hémicycle, s’y fortement opposés, mettant à mal la position du gouvernement.

De par cette fronde transpartisane, l’amendement du gouvernement a finalement été rejeté par 33 voix « contre » et seulement 4 voix socialistes « pour », dont le président de la commission spéciale, François Brottes, et l’ancien ministre de l’agro-alimentaire, Guillaume Garrot.

« Alors qu’une prise en charge par l’employeur des transports est prévue pour celles et ceux qui se déplacent en voiture ou en transports en commun, il serait normal que les personnes qui se déplacent en vélo puissent bénéficier d’un même dispositif, d’autant qu’il s’agit du moyen de locomotion le plus écologique qui soit après la marche à pied ! Cela aurait été un comble que le texte sur la transition énergétique qui favorise la voiture électrique et les énergies renouvelables, ne favorise pas le vélo… », déclare Julien Aubert.